Depuis près d'une semaine, deux touristes françaises sont retenues en Georgie. Arrêtées en possession de Dafalgan codéiné, elles attendent d'être jugées.

Depuis près d'une semaine, deux ressortissantes françaises de passage en Géorgie sont coincées sur le territoire, a révélé France Info. Alors qu'elles pensaient pouvoir profiter pleinement de leurs vacances, elles ont été arrêtées et attendent maintenant d'être jugées... à cause d'une boite de médicament.

L'une d'entre elles, Arzu Bilici, mère de famille habitant près de Strasbourg, contactée par le journaliste Jérôme Jadot, a livré son histoire. Elle passait la douane lorsqu'elle a été arrêtée pour possession... d'une boîte de Dafalgan codéiné. "Le policier nous a dit ‘vous allez nous suivre au commissariat’", raconte-t-elle au micro de France Info. Celle qui était sans savoir que ce médicament, prescrit pour ses maux de tête et autorisé en France, était interdit en Georgie, se retrouve désormais sans papier, condamnée à dormir dans sa voiture devant le comissariat. En outre, une amende de 2500 euros lui a été infligée. Cette dernière doit être validée lors d'un procès qu'elle... attend toujours.

Publicité
"Je veux ma liberté"La mère de famille a tenté de joindre le consulat français. "‘C’est de l’ordre du privé, ce n’est pas d’ordre politique donc on ne peut rien faire’ ", lui aurait répondu ce dernier. Déçue et peinée, Arzu Bilici a reconnu qu'elle n'en pouvait plus. "Je ne sais plus quoi faire. Mes enfants me manquent. Je veux ma liberté", a-t-elle confié au micro, la gorge nouée.

Vidéo sur le même thème : Le port d'armes est légal en Géorgie

Publicité
Publicité