Avez-vous déjà entendu parler de la "malédiction des gratte-ciels" ? En effet, il existerait un lien entre la construction de bâtiments géants... et les crises économiques. Les explications avec Planet.fr.

La malédiction des gratte-ciels... Sous cette expression quelque peu ésotérique se cache en fait une réalité économique : la construction des géants du ciel est souvent annonciatrice d'une crise financière...

D'ailleurs, en 1999, la banque d'affaire Barclays a établi un indice sur le sujet, le "Skyscraper index", démontrant que la construction de gratte-ciels dans un pays peut être à l'origine d'une prochaine crise financière. Barclays a également sorti une étude dans le domaine en 2012, justifiant ce lien.

Une corrélation malsaineBien sûr, ce n'est pas la construction des gratte-ciels en question qui mène à la crise, mais Barclays a voulu montrer qu'il existait une "corrélation malsaine". En effet, selon la banque, ces constructions reflètent une bulle immobilière plus importante et les nombreux projets de gratte-ciels sont signe d'une "mauvaise affectation répandue du capital et l'imminence d'une correction économique".

Et comment ne pas croire à cette "corrélation malsaine" avec tous les exemples que l'histoire a pu fournir ? Commençons en 1928-1929, avec le début des construction du Chrysler Building et de l'Empire State Building à New York... Les deux bâtiments finissent leur construction en 1930 et 1931, lorsque le pays se retrouve en pleine dépression financière.

Choc pétrolier, crise économique...Autre exemple flagrant : les tours jumelles du World Trade Center de New York, débutées en 1966 et terminées en 1972 et 1973, juste avant le choc pétrolier. Les tours Petronas de Kuala Lumpur, en Malaise, ont commencé à être construites en 1992, et ont été inaugurée juste avant 1997, moment de la crise économique en asie.

Terminons avec la Burj Khalifa de Dubaï, dont la construction s'est terminée en 2010, juste au moment de la crise économique dont la zone a été victime...

Publicité
Au regard de ces évènements, Barclays a donc tenté, à l'époque, de cibler les régions qui seront touchées par les prochaines crises économiques... Et il devrait s'agir de l'Inde et de la Chine. En effet, dans les prochaines années, ces deux pays vont achever la construction de nombreux gratte-ciels.