Au fil de vos recherches, vous pourrez avoir l'occasion de travailler sur bien des archives et des documents différents, notamment :

L'Etat civil

Créé en France en 1793, l'état civil est accessible à compter un délai de 100 ans. Tenu en double exemplaire, il est conservé en principe à la fois en mairie et aux Archives départementales (il arrive parfois que les deux collections soient réunies aux Archives départementales : se renseigner). 

Librement consultable. Photocopies rigoureusement interdites ; photographies en principe permises.

 

Les registres paroissiaux

Les registres paroissiaux (tenus également en double) : ceux postérieurs à 1793 sont conservés en principe dans les églises ou presbytères et aux Archives des Evêchés. Ceux antérieurs, ont dû être, pour l'original, déposé en mairie en 1793, ce qui, sauf exception, a été fait.

Le second exemplaire est aux Archives départementales (qui peuvent aussi détenir l'original). Ancienneté très variable. Sur tous ces points, se renseigner.

 

 Les archives notariales

 Elles peuvent être restées chez le notaire (dans ce cas souvent peu coopérant) ou déposées aux Archives départementales (s'y renseigner). Rassemblent divers actes dont les plus intéressants étaient, sous l'Ancien régime, les contrats de mariage (alors généralisés) et les inventaires après décès (décrivant les biens et la maison du défunt). 

 Pour rechercher, utiliser les registres des Insinuations et du Contrôle des actes, décrits dans la plupart des guides pratiques.

 

Les archives fiscales

 Distinguer ceux de l'époque moderne, démarrant en 1836 (qui n'indiquent pas toujours les lieux de naissance), conservés au Archives départementales, et ceux d'Ancien régime, variant selon les provinces et en général de nature fiscale (nommés cherches de feux, fouages, estimes...). Se renseigner.

 

Les recensements et dénombrements

 Pour la période moderne, vous trouverez les mutations après décès qui vous donneront un panorama des enfants ou des héritiers ; pour l'Ancien régime, on trouvera essentiellement les roles de la taille, impôt qu'acquittaient la quasi-totalité de nos ancêtres. 

 Tous sont conservés dans les dépôts d'Archives départementales.

 

Les listes électorales

 Conservées en mairie et aux Archives départementales, elles ne sont guère utiles avant la fin du XIXè siècle (et ne connaissent les femmes qu'après 1945). 

Sachez que vous pouvez consulter la liste électorale actuelle de toute mairie, sur présentation de votre carte d'électeur.

 

Les archives de l'armée et du travail

Les Archives de l'Armée et du Travail : les premières sont conservées au Service Historique de l'Armée de Terre, au Fort de Vincennes, où vous pouvez vous rendre. Sachez cependant qu'il est difficile d'y trouver des renseignements sur les hommes de troupe et que les Registres matricules (service militaire) sont conservés aux Archives départementales.

Les archives du monde du Travail sont évidemment dispersées. Beaucoup sont cependant réunies dans un dépôt spécial (78 bd Génhéral-Leclerc, 59 100, Roubaix), que vous pouvez interroger.

Les sources sur les Protestants

On trouvera parfois des registres propres (1787-1798) ou clandestins (1685-1787) : se renseigner aux Archives départementales.

Les sources sur les Juifs

On pourra trouver des registres spécifiques rares avant 1793 (se renseigner aux Archives départementales), en sachant quue les Juifs ne portent des noms de famille fixes que depuis 1808.

Les sources particulières sur les nobles et notables

Rechercher d'abord les sources imprimées, souvent nombreuses, à commencer par les armoriaux et les nobiliaires, et questionner la Bibiothèque généalogique.

Les sources particulières aux enfants naturels et abandonnés

Pour les enfants naturels, nés de mères célibataires, les recherches se limiteront forcément à la famille de celle-ci, pour les enfants abandonnés, un guide spécifique existe : Le Guide des recherches sur les enfants naturels et abandonnés, par Myriam Provence, Éditions Brocéliande,10 euros environ. 

Les sources à l'étranger

Pour des recherches à l'étranger, consulter un guide pratique ou questionner la Confédération internationale de Généalogie (3 rue de Turbigo, 75001, Paris). 

Pour des recherches dans les anciennes colonies, consulter un guide et les Archives d'Outre-Mer (rue du Moulin-de-Testas, 13 100, Aix-en-Provence).

 

Publicité