Aidants familiaux et services à domicile : ENSEMBLE auprès de la personne handicapée, malade ou dépendante

8,3 millions d’aidants accompagnent quotidiennement un proche malade, en situation de handicap ou dépendante. 80% sont des aidants familiaux. Constant ou ponctuel, ce soutien prend différentes formes : les soins, l’accompagnement, les activités domestiques, etc...

Les aidants familiaux ne sont ni préparés, ni formés à cet accompagnement, ce qui les conduit le plus souvent à des difficultés d’ordre relationnelle, affective, psychologique, matériel et technique. Le syndrome d’épuisement est alors fréquent. Les aidants familiaux ont besoin d'être écoutés et soutenus.

20% des aidants sont des aidants professionnels. Auxiliaires de vie, aides à domicile, aides-ménagères, gardes à domicile... autant de professionnels qui favorisent le maintien à domicile. Ils sont formés, voire diplômés. Ils effectuent des activités que les aidants familiaux peuvent avoir du mal à assurer eux-mêmes, tels que les soins ou l'hygiène. Ces professionnels du domicile viennent aussi relayer les aidants familiaux, notamment la journée pendant qu'ils travaillent, par exemple pour les portages de repas, l'accompagnement à des rendez-vous, une aide à la vie quotidienne, etc.

Les aidants familiaux, comme les aidants professionnels, jouent un rôle essentiel pour le maintien à domicile de la personne malade, handicapée ou dépendante. Chacun représente donc un partenaire indispensable pour relever ce défi de santé publique, lié en grande partie au vieillissement de la population et aux progrès de la médecine. Parce que les relations entre aidants familiaux et professionnels peuvent aussi générer des tensions, parce que les places qu'ils occupent auprès de la personne handicapée, malade et dépendante peuvent être parfois perçues comme concurrentielles, ce rôle est trop souvent pensé de manière compartimenté. Bien qu'en reconnaissant leurs spécificités, le rôle des aidants familiaux et celui des aidants professionnels mériteraient d'être envisagés "ENSEMBLE", c'est-à-dire en valorisant les interactions et les synergies.

Par exemple, les aidants familiaux connaissent les habitudes de leurs proches, mais aussi leurs goûts et leurs envies. Ils sont souvent une source d'informations précieuses pour les aidants professionnels. Quant à eux, ils ont développé des compétences et des savoirs qu'ils peuvent transmettre aux aidants familiaux pour les soutenir dans leur rôle (techniques de manipulation, communication avec une personne désorientée, etc.)

UNA et Aidant Attitude s'associent aujourd'hui pour plaider une reconnaissance du rôle de tous les aidants dans notre société. En appelant à cette reconnaissance, il s'agit aussi pour les aidants familiaux et les services à domicile de co-construire des relations durables et solides dans le temps. Pour cela, des moyens devront être donnés pour soutenir le rôle de tous les aidants en termes de prévention, de formation et de droit au répit. C'est notamment un des enjeux du projet de loi relatif à l'adaptation de la société au vieillissement.

Nicole Streignart, directrice générale d'UNAPierre Denis, président d'Aidant Attitude

Pour aller plus loin :Médico-social : une relation partenariale à construire avec les aidants

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet