La percée enregistrée par le Font national lors du premier tour et les entorses au front républicain laissent présager de jolis scores au parti de Marine Le Pen à l’issue du second scrutin. Découvrez ces villes que le FN pourrait remporter dimanche prochain.

©AFP

Marine Le Pen se frotte les mains. Forte que son parti ait réalisé une véritable poussée dimanche dernier en totalisant 7% des suffrages à l’échelle nationale, la présidente du Front National pourrait également profiter au second tour du jeu de ses adversaires qui ne parviennent pas à s’allier pour contrer ses candidats. Après Hénin-Beaumont le 23 mars, découvrez les autres villes sur lesquelles le parti d’extrême droite pourrait mettre la main le 30 mars.  

Fréjus, (Vars)

Arrivé en tête du premier tour avec 40,30% des voix, David Racheline semble bien parti pour l’emporter dimanche prochain. En effet, aucune alliance n’a été conclue entre le candidat UMP Philippe Mougin (18,85%) et le maire sortant Elie Brun (17,6%). Et malgré le désistement de  la candidate PS, Elsa Di Meo (10,39%), il semble peu probable que les candidats arrivés 2e et 3e au premier scrutin parviennent à rattraper leur adversaire frontiste au second tour. Sauf vrai coup de théâtre, Fréjus devrait donc s'offrir au FN dimanche.

Fobarch, (Moselle)

Le vice-président du Front National, Florian Philippot est parvenu dimanche à totaliser 37% des suffrages à Forbach. Et alors que l’UMP (12,25%) et le PS (33%) n’ont pas opté pour un front républicain, et que le candidat dissident UMP Eric Diligent (18,99%) a maintenu sa liste, la bataille s’annonce certes serrée mais pas insurmontable pour le frontiste. Au contraire, celui-ci pourrait même sortir vainqueur de cette quadrangulaire.

Béziers, (Hérault)

Avec 45% des voix en sa faveur dimanche dernier, Philippe Ménard part favori pour le second tour. Et alors que les candidats UMP (30%) et PS (18,65%) ont tous les deux maintenues leur liste, il est peu probable que la tendance du premier tour soit inversée dimanche. Le journaliste soutenu par le FN devrait donc prendre les commandes de Béziers d’ici quelques jours.

Saint-Gilles, (Gard)

Robert Collard a réussi dimanche dernier à enregistrer 42,67% des voix, distançant ainsi ses rivaux de droite (25,36%) et de gauche (23,14%). Et même si ce dernier a préféré se désister, il est peu probable que cela parvienne à barrer la route à l’avocat médiatique. Saint-Gilles devrait donc devenir une commune FN à l’issue du second tour.

Brignoles, (Var)

La probabilité que Brignoles s’offre au FN dimanche est moins forte que pour les villes précédemment évoquée, mais elle existe. En effet, alors que l’UMP a refusé une alliance avec le PS, et que le candidat de la majorité s’est ensuite désisté, le second tour se jouera entre la candidate de l’opposition, Josette Pons, et le frontiste Laurent Lopez, respectivement 35,54% et 37,07% au premier tour. Et à moins que la candidate UMP bénéficie d’un report de voix, c’est bien le candidat Fn qui devrait l’emporter dimanche.

Perpignan, (Pyrénées-Orientales)

Publicité
A Perpignan, la probabilité de voir la ville remportée par le Front National est également moyenne. Car si Louis Aliot, le vice-président du Front National s’est placé premier en totalisant 34,20% des voix au premier tour, son adversaire de l’UMP, Jean-Marc Pujol, n’est pas loin derrière avec 30,57%. Ce dernier a donc encore toutes ses chances pour le second tour, d’autant qu’il pourrait bénéficier d’un report de voix après le désistement du candidat socialiste, Jacques Cesta (moins de 12%).

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections municipales, ville par ville, en cliquant ici.

Vidéo sur le même thème - Hénin-Beaumont : et maintenant, que va faire le FN ?