Après une entrée en campagne en fanfare, Marine le Pen va maintenant devoir faire ses preuves sur le terrain et détailler son programme. Etat des lieux du Front national, à six mois des élections présidentielles.

 

 Le bide américain

 Ne dites pas à Marine le Pen que son voyage aux Etats-Unis était un flop. La présidente du FN s’est rendue outre-Atlantique du 1er au 5 novembre, pour tenter d’améliorer sa crédibilité à l’international. Mais sans succès visiblement... même si son camp a du mal à se l’avouer et préfère marteler que l’expédition de Marine Le Pen aux Etats-Unis est tout sauf un "échec".

Sur place, la candidate n’a pourtant pas fait d’émules auprès des politiques américains, et n’a pas non plus attiré les médias américains.  

Le New York Times a ignoré la visite de Le Pen, tandis que le Washington Post a simplement publié une courte dépêche plutôt que d’envoyer des journalistes à sa rencontre. A l'exception du Huffington Post, les sites internet d’information n'ont pas été plus réceptifs.

 

Rendez-vous manqués

Publicité
Disons aussi que le programme était léger, très léger même…  Les attachés de presse du FN annonçaient des rencontres avec des représentants des communautés noires et juives, et des élus démocrates et républicains. Marine le Pen obtiendra au final une courte entrevue, arrachée de justesse, avec le républicain conservateur Ron Paul, tandis que l’ambassadeur d’Israël, Ron Prosor, la croisera sur un malentendu : "Je suis entré par erreur dans cette salle où se tenait le déjeuner de Mme Le Pen. Le temps de me rendre compte de mon erreur, il était trop tard", a affirmé l’ambassadeur.

Pour le reste, peu de rendez-vous évoqués par Marine le Pen… Mais une affirmation qui en dit long : "J'ai l'impression que le gouvernement français est très agacé de ma présence ici et qu'il cherche par tous les moyens à minimiser l'impact de ma visite. (…) Je pensais que les États-Unis étaient un pays libre, mais je m'aperçois que le politiquement correct fait des ravages même ici, et que la pression de la presse semble être un élément perturbant."

 
© MaxPPP
Publicité