La chancelière allemande affiche un franc soutien à Nicolas Sarkozy dans sa course à l'Elysée. Les raisons en cinq points.

 A droite toute

Interrogée lors d'une conférence de presse au côté de Nicolas Sarkozy, lundi 6 février à l'Elysée, Angela Merkel a officialisé son soutien au président français et candidat non-officiel : "Je soutiens Nicolas Sarkozy sur tous les plans…  Car nous appartenons à des partis amis."

 

Publicité
Des partis amis ? Angela Merkel est en effet membre de l'UDC, l’Union chrétienne-démocrate, un parti politique allemand fondé en 1945 et se référant au courant démocrate-chrétien européen. Principale formation de la droite allemande, elle est l'équivalent de l'UMP en France, le parti de Nicolas Sarkozy.

 

 

Publiez votre commentaire

22 commentaires

n oublions pas non plus que

Portrait de cesarnews

n oublions pas non plus que le locacataire a titre gratuit de l elysee avait promis d effacer la dette pour la fin de son quinquenat avait trouve que la france etait facile a gouverner et a passe en force sur le non de la france a cette europe et maintenant il veut refaire des referundums mais pour quoi en faire apres?

Votez pour ce commentaire: 

Doite ou Gauche , de toutes

Portrait de jpolog18

Doite ou Gauche , de toutes façons nous allons payer la facture de tous ces profiteurs!!!! qui ont pillé la France , je ne citerai personne , ils se reconnaitrons ...

 

Votez pour ce commentaire: 

Doite ou Gauche , de toutes

Portrait de jpolog18

Doite ou Gauche , de toutes façons nous allons payer la facture de tous ces profiteurs!!!! qui ont pillié la France , je ne citerai personne , ils se reconnaitrons ...

Votez pour ce commentaire: 

attendez hollande, vous allez

Portrait de pouguy

attendez hollande, vous allez rire jaune  avec les promesses nos tenues qu'ils nous fait, car il ne pourra pas les tenir. j'en mets ma main au feu.

Votez pour ce commentaire: 

pouguy a dit : attendez

Portrait de Guillotin 46

pouguy a dit :

attendez hollande, vous allez rire jaune  avec les promesses nos tenues qu'ils nous fait, car il ne pourra pas les tenir. j'en mets ma main au feu.

Que Hollande ne tienne pas ses promesses, ce sont des suppositions, mais que Sarkosy n'a pas tenu les siennes, et fasse même le contraire de ce qu'il a dit, ça ce sont des CERTITUDES.

De toute manière, je préfère rire, même jaune, que me retrouver au chomage et crever de faim et de froid pendant que mon ex patron distribura des fortunes à des actionnaires qui me traiteront de fénéant qui ne cherche pas de boulot, de profiteur qui met la sécurité sociale en déficit, de pov'con qui ne comprend rien et à qui il faut toujours expliquer (comme si nos dirigeants, eux ne disaient jamais de conneries). Que tous ceux qui ont eu a faire à des tribunaux, ministres, conseillers et autres qui se croient supérieurs, commencent par se regarder eux-même et rabaissent un peu leur prétention face à la majorité des français qui, eux, n'ont jamais été devant la justice parce que, EUX, ils sont honnêtes.

Pour ce qui est de mettre la main au feu, vous pourriez aussi y mettre votre petite cervelle, car il me semble que pour les partisans de Sarkosy, la dernière chose qu'ils devraient mettre sur le tapi, c'est bien le problème des promesses non tenues.

"Calomniez, Calomniez, il en restera toujours quelque chose" : c'est certainement la seule chose qui ne soit pas un mensonge dans tout ce que font ou disent les partisans de Sarkosy.

Votez pour ce commentaire: 

pouguy a dit : attendez

Portrait de monicao476

MONICA

pouguy a dit :

attendez hollande, vous allez rire jaune  avec les promesses nos tenues qu'ils nous fait, car il ne pourra pas les tenir. j'en mets ma main au feu.

parce que vous croyez qu'il va tenir ses promesses ? Quelle naïveté !!!!

 

 

Votez pour ce commentaire: 

Est-il besoin d’être un

Portrait de Lynx...

Est-il besoin d’être un économiste avisé pour savoir qu’il vaut mieux s’inspirer du modèle allemand que des exemples socialistes que nous offrent l’Espagne, le Portugal et la Grèce.

L’Espagne socialiste de Zapatero avec un chômage double du nôtre serait-il un modèle à imiter ? Ce pays voisin vit un drame national avec plus de 50 % de ses sa jeunesse âgéee de 18 à 25 ans actuellement condamnée au chômage.

La Grèce du socialiste Papandréou semble encore plus mal lotie frôlant la faillite de l’état et voyant le salaire minimum amputé de 22 % et ramenés à 586 euros bruts. Côté retraites c’est le régime maigre avec une basse excédant les 20 % depuis le début de la crise.
Le Portugal de José Sócrates leader socialiste n’est guère plus enviable. Il est miné par une fonction publique extrêmement bureaucratique et pour avoir vécu au-dessus de ses moyens avec les subventions européennes. La génération des jeunes dite des « 500 euros » paie actuellement très cher l’incompétence politique ayant conduit à cette situation.

Est-ce le sort que nous voulons pour la France ? Pourtant les idées de François Hollande : maintien des 35 heures, retour de la retraite à 60 ans quand la durée de vie ne cesse de s’allonger, 60.000 nouveaux fonctionnaires alors qu’il faudrait réduire la dépense publique d’Europe, etc. nous y conduisent d’emblée.

Evidemment Hollande dispose là d’atouts propres à satisfaire les gogos et se donne toutes les chances de gagner. Quitte à renier certaines idées défendues hier par les siens, telle la TVA sociale, il excelle dans la démagogie et dans le populisme.

Comment peut-on acquiescer au mensonge délibéré ou céder au charme d’un optimisme aussi béat et irresponsable lorsque le coût annuel des intérêts approche 50 milliards d'euros représentant 20% du budget de l'état soit 120 millions par jour . Sachons qu'avec cette somme nous pourrions rétribuer 2.618.365 travailleurs payés au smic. L'impératif des impératifs est de réduire nos budgets de fonctionnement à tous les niveaux de l'état y compris les collectivités locales.

Parions que si Hollande gagne, les illusions s’envoleront rapidement. Le doux rêveur ou fieffé bonimenteur confronté aux dures réalités de la crise et d’un monde terriblement concurrentiel. Les affres du peuple grec n’ayant pas servi de leçon craignons, pour la France et pour notre jeunesse, qu’il soit contraint « d’aller à Canossa » cédant à ses prêteurs et s’humiliant face à ceux qu’il vilipendait quelques mois auparavant.

Votez pour ce commentaire: 

Lynx... a dit : Est-il besoin

Portrait de monicao476

MONICA

Lynx... a dit :

Est-il besoin d’être un économiste avisé pour savoir qu’il vaut mieux s’inspirer du modèle allemand que des exemples socialistes que nous offrent l’Espagne, le Portugal et la Grèce.

L’Espagne socialiste de Zapatero avec un chômage double du nôtre serait-il un modèle à imiter ? Ce pays voisin vit un drame national avec plus de 50 % de ses sa jeunesse âgéee de 18 à 25 ans actuellement condamnée au chômage.

La Grèce du socialiste Papandréou semble encore plus mal lotie frôlant la faillite de l’état et voyant le salaire minimum amputé de 22 % et ramenés à 586 euros bruts. Côté retraites c’est le régime maigre avec une basse excédant les 20 % depuis le début de la crise.
Le Portugal de José Sócrates leader socialiste n’est guère plus enviable. Il est miné par une fonction publique extrêmement bureaucratique et pour avoir vécu au-dessus de ses moyens avec les subventions européennes. La génération des jeunes dite des « 500 euros » paie actuellement très cher l’incompétence politique ayant conduit à cette situation.

Est-ce le sort que nous voulons pour la France ? Pourtant les idées de François Hollande : maintien des 35 heures, retour de la retraite à 60 ans quand la durée de vie ne cesse de s’allonger, 60.000 nouveaux fonctionnaires alors qu’il faudrait réduire la dépense publique d’Europe, etc. nous y conduisent d’emblée.

Evidemment Hollande dispose là d’atouts propres à satisfaire les gogos et se donne toutes les chances de gagner. Quitte à renier certaines idées défendues hier par les siens, telle la TVA sociale, il excelle dans la démagogie et dans le populisme.

Comment peut-on acquiescer au mensonge délibéré ou céder au charme d’un optimisme aussi béat et irresponsable lorsque le coût annuel des intérêts approche 50 milliards d'euros représentant 20% du budget de l'état soit 120 millions par jour . Sachons qu'avec cette somme nous pourrions rétribuer 2.618.365 travailleurs payés au smic. L'impératif des impératifs est de réduire nos budgets de fonctionnement à tous les niveaux de l'état y compris les collectivités locales.

Parions que si Hollande gagne, les illusions s’envoleront rapidement. Le doux rêveur ou fieffé bonimenteur confronté aux dures réalités de la crise et d’un monde terriblement concurrentiel. Les affres du peuple grec n’ayant pas servi de leçon craignons, pour la France et pour notre jeunesse, qu’il soit contraint « d’aller à Canossa » cédant à ses prêteurs et s’humiliant face à ceux qu’il vilipendait quelques mois auparavant.

Analyse très juste. Ni l'un ni l'autre ne pourront résoudre les problèmes.

 

Votez pour ce commentaire: 

monicao476 a dit : Lynx... a

Portrait de Archilui

monicao476 a dit :

Lynx... a dit :

Est-il besoin d’être un économiste avisé pour savoir qu’il vaut mieux s’inspirer du modèle allemand que des exemples socialistes que nous offrent l’Espagne, le Portugal et la Grèce.

L’Espagne socialiste de Zapatero avec un chômage double du nôtre serait-il un modèle à imiter ? Ce pays voisin vit un drame national avec plus de 50 % de ses sa jeunesse âgéee de 18 à 25 ans actuellement condamnée au chômage.

La Grèce du socialiste Papandréou semble encore plus mal lotie frôlant la faillite de l’état et voyant le salaire minimum amputé de 22 % et ramenés à 586 euros bruts. Côté retraites c’est le régime maigre avec une basse excédant les 20 % depuis le début de la crise.
Le Portugal de José Sócrates leader socialiste n’est guère plus enviable. Il est miné par une fonction publique extrêmement bureaucratique et pour avoir vécu au-dessus de ses moyens avec les subventions européennes. La génération des jeunes dite des « 500 euros » paie actuellement très cher l’incompétence politique ayant conduit à cette situation.

Est-ce le sort que nous voulons pour la France ? Pourtant les idées de François Hollande : maintien des 35 heures, retour de la retraite à 60 ans quand la durée de vie ne cesse de s’allonger, 60.000 nouveaux fonctionnaires alors qu’il faudrait réduire la dépense publique d’Europe, etc. nous y conduisent d’emblée.

Evidemment Hollande dispose là d’atouts propres à satisfaire les gogos et se donne toutes les chances de gagner. Quitte à renier certaines idées défendues hier par les siens, telle la TVA sociale, il excelle dans la démagogie et dans le populisme.

Comment peut-on acquiescer au mensonge délibéré ou céder au charme d’un optimisme aussi béat et irresponsable lorsque le coût annuel des intérêts approche 50 milliards d'euros représentant 20% du budget de l'état soit 120 millions par jour . Sachons qu'avec cette somme nous pourrions rétribuer 2.618.365 travailleurs payés au smic. L'impératif des impératifs est de réduire nos budgets de fonctionnement à tous les niveaux de l'état y compris les collectivités locales.

Parions que si Hollande gagne, les illusions s’envoleront rapidement. Le doux rêveur ou fieffé bonimenteur confronté aux dures réalités de la crise et d’un monde terriblement concurrentiel. Les affres du peuple grec n’ayant pas servi de leçon craignons, pour la France et pour notre jeunesse, qu’il soit contraint « d’aller à Canossa » cédant à ses prêteurs et s’humiliant face à ceux qu’il vilipendait quelques mois auparavant.

Analyse très juste. Ni l'un ni l'autre ne pourront résoudre les problèmes.

 

Je n'aurais pas dis mieux à quelque nuances près... Ma profession me fait fréquenter les collectivités locales, ce que j'y vois  me fait délirer... Sans jeter la pierre nécessairement à tous les employés de cette utile organisation ...

Votez pour ce commentaire: 

A mon humble avis, le soutien

Portrait de Angélique7

A mon humble avis, le soutien mutuel entre  Mme Merkel et Mr Sarkozy est surtout un jeu politique et une stratégie de persuasion des peuples qui cache une partie de l'iceberg...

 

L'Europe est un beau projet qui a voulut aller trop vite.

Les pays de bases, du départ auraient dû se consolider davantage avant d'intégrer d'autres pays dans l'Union Européenne. C'est quelque chose qui aurait dû se faire plus progressivement, car vous avez pris le risque de créer une Europe aux pieds d'argile...

 

Vous basez la création de l'Europe surtout sur son plan économique et technologique, cependant, il n'est pas raisonnable d'oublier le principal acteur de l'Europe dans tout ça, ce sont les peuples.

Votez pour ce commentaire: 

Pages

Publicité