Malgré ses dettes, la star du rock français s’est constituée, au fil des décennies, un patrimoine colossal qu’il dépensait sans compter.

Au bas mot, estiment plusieurs médias à l’instar du Figaro, Johnny Hallyday possédait un patrimoine financier, musical et immobilier d’environ 100 millions d’euros. Au quotidien, il pouvait donc se permettre de mener grand train. Il faut dire que, selon Jean Pons, son ancien impresario, "l'argent, Johnny ne [savait] pas ce que [c'était]. Il [était] l'un des rares hommes de spectacle à se comporter aussi peu en homme d'affaires", relaye Le Figaro.

Souvent qualifié de flambeur invétéré, l’idole des jeunes avait choisi, à sa manière, de prendre une forme de revanche sur la vie (il avait été élevé chichement) si bien qu’il n’hésitait pas à se faire plaisir à coup d’achats impulsifs sous forme de véhicules de sport, de collection, ou de motos d’une part, à largement gâter sa famille et ses proches d’autre part.

Sans compter le remboursement de ses maisons…

Résultat, soulignait déjà il y a sept ans l’un de ses anciens conseillers fiscaux dans les colonnes des Inrocks, Johnny Hallyday pouvait dépenser entre 200 000 et 400 000 euros par mois. "Et encore", commentait, à l’époque, ledit conseiller, "ce chiffre ne [comprenait] pas le remboursement des maisons. Il [couvrait] simplement les frais d'entretien, de personnel, les voitures, les déplacements en jet et les dépenses quotidiennes".

Publicité
Un train de vie élevé (qu'il cachait parfois à Laeticia, révèle Paris-Match) qui a donc valu à Johnny, à maintes reprises, au cours de sa carrière, de subir les "affres" du fisc. Rien qu’en 2011, il devait déjà 9 millions d'euros à l’administration fiscale française. Pas étonnant, qu’il ait, tour à tour, choisi de s’exiler en Belgique, en Suisse et aux États-Unis. Ne reste désormais plus qu’à déterminer ce dont Laeticia va ou non devoir s’acquitter une fois la succession de Johnny bouclée. Pas demain la veille.

 En vidéo - Bien immobiliers, œuvre artistique… quel patrimoine laisse Johnny ?

mots-clés : Johnny hallyday
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet