La sortie du livre de la directrice de cabinet de Patrick Devedjian sur les dessous de la politique dans les Hauts-de-Seine n'a pas fini de causer des dégâts. Aujourd'hui, le fils de l'ancien président de la République tenterait tout pour mettre le président du Conseil général à la porte. Les détails avec Planet.fr.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les élus des Hauts-de-Seine n'ont pas apprécié la sortie du livre Le Monarque, son fils, son fief (aux Editions du Moment), satire politique écrite par Marie-Célie Guillaume, directrice de cabinet du président du Conseil général Patrick Devedjian. Dans le livre, Marie-Célie Guillaume égratigne tout le monde...

Selon Le Figaro, ce lundi, une vingtaine des 25 élus UMP du département se sont retrouvés afin de dénoncer le comportement de Patrick Devedjian, qui affirmerait son soutien à Marie-Célie Guillaume. Sur les personnes présentes, 18 se sont exprimées, et 14 d'entre elles ont estimé qu'avec ce livre, leur confiance avait été "trahie".

"Cet élu a déjà semé la pagaille"Derrière ce vote de défiance, Patrick Devedjian voit "une manoeuvre montée de bout en bout par Jean Sarkozy et trois autres conseillers généraux". Il ajoute ensuite : "Je rappelle que cet élu a déjà semé la pagaille à Neuilly, à l'Epad, au Conseil général et cela continue. Je lui dis qu'il aurait tort de me prendre pour David Martinon (qui avait abandonné sa candidature aux municipales de Neuilly en 2008 après le retrait du soutien de Jean Sarkozy, ndlr). Ses pressions ne me conduiront pas à la démission".

Patrick Devedjian estime également que les votes qui ont été réalisés sur procuration ne peuvent pas avoir de valeur puisque "le vote n'était pas à l'ordre du jour, ceux qui ont laissé leur procuration ne savaient pas pour quel objet et les dates de cette réunion ont été modifiées, ce qui ne m'a pas permis d'y participer".

Derrière Jean Sarkozy, il y a Nicolas SarkozyIl accuse par ailleurs le fils de l'ancien président d'avoir exercé "des pressions" sur la présidente du groupe de la majorité départementale, Isabelle Caullery, "qui, épuisée, s'est sentie obligée de démissionner", remplacée par le vice-président Denis Larghero, un proche de Jean Sarkozy. Au fond, Patrick Devedjian pense que derrière le fils, il y a le père, Nicolas Sarkozy, président "retiré de la vie politique".

Publicité
Enfin, en ce qui concerne la source de toute la pagaille, Patrick Devedjian explique au Figaro que sa directrice de cabinet "a beaucoup souffert de la situation que nous avons vécu pendant cinq ans", mais il lui aurait pourtant affirmé que ce livre n'était "pas très opportun", tout en lui laissant "sa liberté". Aujourd'hui, il confirme cependant qu'il est "en train de mettre fin" à la mission de Marie-Célie Guillaume au sein de son cabinet.

© Pierre Verdy / AFP

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité