Choisir d'assurer son prêt est une sorte de garantie contre les imprévus de la vie : décès, accident ou licenciement. L'assurance préserve alors les intérêts financiers de son client en lui évitant l'endettement. Quelles formules choisir pour assurer son prêt ?

L'assurance chômageSouscrire à une "assurance chômage" garantit au bénéficiaire le remboursement de son prêt, même lorsque sa situation matérielle devient précaire. Pour obtenir ce type d'assurance, il faut avoir moins de 55 ans et bénéficier d'un contrat à durée indéterminée (CDI).

De plus, le salarié ne peut profiter de ce remboursement que lorsque l'exercice de ses fonctions dans l'entreprise excède les 6 mois. Cependant, seuls 72 mois seront couverts par l'assurance, une durée au-delà de laquelle la compagnie d'assurance déclinera sa responsabilité pour la prise en charge du paiement du prêt. Attention, la démission volontaire de l'assuré n'entre pas dans le cadre de ce type d'assurance chômage.

Publicité
L'assurance décès-invaliditéPour bénéficier de cette formule d'assurance, le contrat doit au moins dater de 6 mois. L'assurance commencera dès lors à rembourser le prêt bancaire en cas de décès ou d'invalidité, que celle-ci soit temporaire ou incurable. La compagnie d'assurance n'assure toutefois pas le remboursement total de l'emprunt. Au-delà de 65 ans, cette assurance prend fin, que les mensualités soient totalement remboursées ou pas.

Un délai de franchise doit également être pris en considération. Il faudra alors attendre 90 jours après que l'assuré a été diagnostiqué invalide pour voir ses mensualités remboursées.

Remarque importante : souscrire à une assurance de prêt bancaire n'est pas obligatoire. Seulement, si le demandeur la refuse, le banquier peut à son tour refuser d'accorder le prêt.