Insolite
En parcourant Google Earth la semaine dernière, un internaute a découvert une forme étrange émergeant de l’eau en Antarctique. Pour lui, c’est la preuve évidente de l’existence du monstre mythologique.
Vidéos A la une
Une violente tempête de neige complique toujours les opérations des secours. Les équipes tentaient jeudi de venir en aide aux 68 membres d'équipage et passagers du brise-glace australien Aurora Australis. Le bâtiment a rompu son mouillage à cause des intempéries et a échoué en Antarctique, dans la Baie de Holmes. L'incident est survenu mercredi matin, alors que le brise-glace était en mission de ravitaillement de la base australienne Mawson, où les vents ont soufflé à plus de 130 km/h. Toutes les personnes à bord de l'Aurora Australis sont saines et sauves mais pour le moment, impossible d'envisager tout transfert vers le continent. Selon la Division antarctique Australie, il faut attendre que les vents se calment, ce qui devrait être le cas dans la nuit de jeudi à vendredi. Les États-Unis ont de leur côté proposé leur assistance et affrété un avion pour récupérer une trentaine de personnes sur la base de Davis que l'Aurora Australis devait initialement ramener en Australie.
Vidéos A la une
Le patriarche orthodoxe russe Kirill a visité pour la première fois l'Antarctique et l'unique église orthodoxe russe permanente du continent. Le patriarche a visité mercredi soir la base russe de Bellingshausen, ouverte en 1968 sur l'île du Roi-George dans l'archipel des Shetland du Sud. Kirill s'est également rendu sur une île voisine pour observer une colonie de manchots. Une vidéo diffusée par l'église orthodoxe russe le montre se promenant parmi les oiseaux marins, sanglé dans un gilet de sauvetage.
Vidéos A la une
Le patriarche orthodoxe Kirill est très loin des terres saintes de la Russie éternelle et poursuit sa tournée dans l'hémisphère sud en visitant pour la première fois sur l'Antarctique et l'unique église orthodoxe du Continent austral. Sur son chemin Kirill a rencontré une colonie de manchots dont l'un deux semble avoir été fasciné à la vue du chef de l'Église orthodoxe de Russie.
Vidéos A la une
Une traversée de 1 600 km, en solitaire et sans assistance, qu'a dû abandonner l'explorateur britannique à 48 kilomètres seulement de l'arrivée pour appeler les secours vendredi. Il a été hospitalisé le lendemain à Punta Arenas, à l'extrême sud du Chili. 'Le patient a été admis à un stade très avancé de péritonite, explique le Dr Juan Pablo Ormazabal de la clinique Magallanes. Il a eu ces symptômes durant quatre jours environ. L'attention médicale dont il a bénéficié était adaptée, mais son évolution, le pronostic était inquiétant.' Le prince William a fait part de sa tristesse après la disparition de cet ancien colonel qui avait contribué à l'une de ses oeuvres de charité. Le projet de Worsley était de compléter la traversée inachevée de l'Antarctique de l'explorateur Ernest Shackleton, en 1915. L'exploit aurait constitué, selon les organisateurs, la première traversée à pied, en solitaire et sans assistance, du continent blanc.
International
Les chercheurs sont bouche bée face à l’impressionnante taille des araignées vivant dans l’océan Antarctique. Certaines d’entre elles atteignent jusqu'à 25 centimètres de diamètre. 
Vidéos Sciences
Le réalisateur Anthony Powell a filmé un jour en Antarctique en été, quand le soleil ne se couche jamais.
Vidéos Sciences
Menace sur la banquise. Le Larsen C est en train de se désintégrer à son tour. La barrière Larsen s'étend le long de la côte est de la Péninsule Antarctique. Elle est constituée de trois grands fragments occupant des baies distinctes le long de la côte. Le Larsen A et B se sont effondrés en 1995 et 2002. Sous l'effet du réchauffement climatique, la dislocation des barrières de glace s'accélère entraînant des modifications de température et de salinité de l'océan et déstabilisant l'écosystème régional. 'Quand le Larsen A et B ont fondus, les glaciers derrière eux ont commencé à faire augmenter de manière significative le niveau de la mer dans l'Antarctique explique le glaciologue britannique David Vaughan. Le Larsen C est la plus grande plate-forme , et si elle devait fondre complètement dans les prochaines décennies, l'élévation du niveau de la mer d'ici 2100 serait d'environ 50 cm, ce qui va causer des problèmes pour les villes côtières et de basse altitude.' La barrière Larsen a été sous l'oeil des satellites entre 1998 et 2012. Les scientifiques ont alors constaté que le C avait perdu une moyenne de 4 mètres de glace. Le nord de la péninsule Antarctique a subi un réchauffement atmosphérique d'environ 2,5 C au cours des 50 dernières années, un chiffre nettement supérieur à la moyenne mondiale. http://www.carbonbrief.org/blog/2015/05/antarctic-larsen-c-ice-shelf-at-...
Monde
Santorin, Caraïbes, fjords norvégiens… Les croisières permettent aussi de profiter de paysages tous plus beaux les uns que les autres. En voici quelques-uns.  
Environnement
L’Antarctique a connu la journée la plus chaude jamais enregistrée, la semaine dernière. Cette nouvelle donnée suscite de nombreuses inquiétudes au sujet du réchauffement climatique.
Monde
Comme le relate le site Tuxboard, un photographe américain, Alex Cornell, a découvert lors d’une mission dans l’Antarctique un iceberg renversé. Un phénomène extrêmement rare qui vaut le coup d’œil. 
Vidéos Sciences
Il aura fallu quatre ans, deux expéditions et un robot pour qu'une équipe internationale de chercheur puisse créer une carte 3D haute résolution de l'Antarctique. Le projet a commencé en 2010 à bord de Royal Research Ship, le James Clark Ross qui a écumé les mers australes pour atteindre la mer de Bellingshausen en Antarctique. Là, les chercheurs ont envoyé par le fond un robot qui, doté d'un sonar, est allé se promener sous la glace. Sa mission ? Faire la carte de la surface inférieure de la banquise. Celle que l'on ne voit jamais. L'objectif pour les chercheurs c'était de faire correspondre les données obtenues en dessous de la banquise et de les mettre en rapport avec les données obtenues par satellite pour pouvoir évaluer avec précision l'épaisseur de cette banquise. Jeremy Wilkinson, de l'opération British Antarctic Survey : 'Ce que nous essayons de faire c'est de voir ce à quoi ressemble la surface inférieure de la glace, à partir cela nous prenons les images satellites pour établir une carte de la surface supérieure de la glace et enfin à l'aide d'une équation, nous sommes en mesure de déterminer l'épaisseur de la couche de glace. En obtenant les mesures précises de cette épaisseur et son évolution dans le temps les chercheurs peuvent produire des modèles plus précis du taux de progression du réchauffement global. Jeremy Wilkinson : 'La banquise est importante car si vous regardez la terre depuis l'espace vous voyez que les régions polaires sont extrêmement blanches et que cela renvoie énormément la lumière du soleil vers l'espace. Donc si on enlève ces couches blanches des pôles on aura plus de radiations qui seront absorbées ce qui va alors réchauffer la planète. Et ce réchauffement est bien en place, les pôles en sont les premiers indicateurs. Ainsi les chercheurs ont constaté que la banquise de la mer de Bellingshausen avait considérablement rétréci...
Vidéos Insolite
Près de l’Antarctique, sur l’île australe de Marion, située à 1 770 km au sud de Port-Elizabeth, en Afrique du Sud, des otaries à fourrure ont été prises en flagrant délit en train de violer des manchots royaux. Ces actes...
Vidéos A la une
Une baleine a été retrouvée morte samedi sur le plage de Rio de Janeiro. A cette époque de l’année, ces mammifères remontent de...
Vidéos Insolite
La scène se passe près de la base antarctique Palmer, une station de recherche permanente américaine de l'Antarctique. Un chercheur de l'université Georgia Institute of Technology va d'abord filmer un groupe de manchots nageant à la surface de l'eau afin de les...
Vidéos Sciences
Selon une récente étude menée par la NASA, la fonte de la calotte glaciaire dans l'Ouest-Antarctique s'est accélérée et aurait atteint un seuil critique. Les données recueillies dans cette zone par les satellites font dire aux scientifiques que la fonte de six glaciers dans la région de la mer d'Amundsen est catastrophique et suffisante pour élever le niveau mondial des océans de 3 à 4 mètres. 'Nous avons atteint un point de non-retour dans ce secteur et, à ce stade, c'est juste une question de temps avant que ces glaciers ne disparaissent complètement dans la mer', explique Eric Rignot, spécialiste de l'Université Irvine et du laboratoire de la NASA. La NASA a transformé ces données en animation graphique illustrant la vitesse à laquelle l'eau coule de chacun des glaciers. Les zones colorées représentent les endroits où le débit des eaux de fonte augmente de façon significative chaque année. 'Nous voyons dans ce secteur un retrait des glaces comme nulle part ailleurs sur la terre. Elles reculent d'environ un kilomètre par an. Cela peut ne pas sembler beaucoup quand on ne connaît pas les glaciers, mais la plupart d'entre eux n'opèrent pas cette échelle de changement', ajoute Eric Rignot. Autre préoccupation, et elle est de taille, le recul du glacier Smith/Kohler. Entre 34 et 37 kilomètres entre 1996 et 2011. Une vitesse de 2 km par an. C'est le retrait le plus rapide enregistré. Selon l'étude, cette partie de l'Antarctique pourrait contribuer de façon majeure à l'augmentation du niveau des mers dans les décennies et les siècles à venir. Pour Eric Rignot, si la réduction des émissions de gaz à effet de serre, principal responsable du changement climatique, peut ralentir le réchauffement des océans et limiter la fonte des glaces, le recul des glaciers dans cette partie de l'Antarctique reste cependant inéluctable.
Vidéos Sciences
Selon une récente étude menée par la NASA, la fonte de la calotte glacière dans l'Ouest-Antarctique s'est accélérée et aurait atteint un seuil critique. Les données recueillies dans cette zone par les satellites font dire aux scientifiques que la fonte de six glaciers dans la région de la mer d'Amundsen est catastrophique et suffisante pour élever le niveau mondial des océans de 3 à 4 mètres. 'Nous avons atteint un point de non-retour dans ce secteur et, à ce stade, c'est juste une question de temps avant que ces glaciers ne disparaissent complètement dans la mer', explique Eric Rignot, spécialiste de l'Université Irvine et du laboratoire de la NASA. La NASA a transformé ces données en animation graphique illustrant la vitesse à laquelle l'eau coule de chacun des glaciers. Les zones colorées représentent les endroits où le débit des eaux de fonte augmente de façon significative chaque année. 'Nous voyons dans ce secteur un retrait des glaces comme nulle part ailleurs sur la terre. Elles reculent d'environ un kilomètre par an. Cela peut ne pas sembler beaucoup quand on ne connaît pas les glaciers, mais la plupart d'entre eux n'opèrent pas cette échelle de changement', ajoute Eric Rignot. Autre préoccupation, et elle est de taille, le recul du glacier Smith/Kohler. Entre 34 et 37 kilomètres entre 1996 et 2011. Une vitesse de 2 km par an. C'est le retrait le plus rapide enregistré. Selon l'étude, cette partie de l'Antarctique pourrait contribuer de façon majeure à l'augmentation du niveau des mers dans les décennies et les siècles à venir. Pour Eric Rignot, si la réduction des émissions de gaz à effet de serre, principal responsable du changement climatique, peut ralentir le réchauffement des océans et limiter la fonte des glaces, le recul des glaciers dans cette partie de l'Antarctique reste cependant inéluctable.
Vidéos A la une
La fonte d’une bonne partie de la calotte glaciaire de l'Antarctique est irréversible et plus rapide que prévu, selon la NASA.
Technologies
Depuis les années 60, des scientifiques se penchent sur les origines d'une étrange sonorité provenant du fond des océans du Sud. Désormais, après des années d'étude, une explication ferme et définitive vient d'être apportée.
Vidéos Insolite
Un gigantesque iceberg d’une surface de 660 km² (environ six fois la taille de Paris), est observé depuis l’espace par la NASA, l’agence spatiale américaine. Nommé B-31, cette masse énorme s’est séparée du glacier Pine Island,...
Environnement
Un gigantesque iceberg, six fois plus grand que Paris, dérive depuis plusieurs semaines dans l’océan Antarctique. L’iceberg s’apprête à entrer dans la partie principale de l’océan Austral et sa présence pourrait constituer une menace pour le trafic maritime. La NASA surveille de près son déplacement.
Vidéos A la une
La Cour internationale de Justice a estimé que Tokyo déguisait une activité commerciale en programme de recherche scientifique, donnant raison à l’Australie qui l’avait saisie en...
Monde
Après avoir répertorié les plus grandes villes du monde, puis les pays, Google Street View s'est intéressé à l'Antarctique. Planet.fr a compilé quelques clichés pour vous faire une visite en images.
Vidéos A la une
Les glaces de l’Antarctique se sont enfin décidées à libérer leurs proies. Le brise-glace chinois Xue Long est parvenu à rejoindre des eaux navigables ce mardi. Il a profité d’un changement...
Vidéos A la une
Après Moscou et Pékin, c’est au tour de Washington d’envoyer des secours en Antarctique. Le Polar Star, brise-glace des gardes-côtes américains, a pris le large depuis l’Australie ce...
Vidéos Actu
 Après de nombreux préparatifs, le sauvetage de la cinquantaine de passagers bloqués depuis trois semaines à bord du navire russe retraçant l'expédition de l'explorateur australien Sir Douglas Mawson a débuté. Ils seront transporté...
Vidéos A la une
C’est la fin d’une aventure hors du commun pour les passagers du navire bloqué en Antarctique. Les 52 naufragés ont tous été secourus ce matin par un hélicoptère chinois, après avoir...
Vidéos A la une
C’est la fin de l’attente pour les 52 passagers et les 22 membres d‘équipage de l’Akademik Chokalskii. Un hélicoptère chinois est venu au secours du navire russe pris dans les glaces de...
Vidéos A la une
C’est un réveillon de nouvel an unique qu’ont passé l‘équipage et les passagers de l’Akademik Chokalski. Ce bateau est bloqué par les glaces de l’Antarctique depuis le 24 décembre....
Vidéos A la une
Le salut viendra finalement du ciel pour les passagers de l’Akademik Shokalskiy, ce bateau russe prisonnier des glaces depuis six jours dans l’Antarctique. L’hélicoptère du brise-glace...

Pages

Publicité