Une étude montre que les enfants d'ouvriers et employés ont plus de chances de devenir cadres s'ils sont nés dans certains départements. Explications. 

La naissance dans un département précis a-t-elle un impact positif sur l'ascension sociale ? C'est en tout cas ce que laisse penser une étude de France Stratégie publiée il y a quelques jours.  

"Au niveau national, entre les générations de baby-boomers de 1950-1964 et les suivantes de 1965-1979, le taux de mobilité ascendante est passé de 25% à 33%. Tous les départements de naissance ont enregistré une augmentation, à l'exception de l'Hérault qui a stagné (-0,1 point)", rapporte Le Figaro.

L'étude sur "La géographie de l'ascension sociale" montre qu'il vaut mieux être né à Paris ou en Île-de-France si l'on vient d'une famille d'ouvriers ou d'employés afin de trouver un emploi de cadre ou de profession intellectuelle supérieure. La "mobilité ascendante" atteint ainsi 47% à Paris, et en moyenne 40% en Île-de-France. 

Plus difficile dans le Nord-Pas-de-Calais 

Des régions s'en sortent également beaucoup mieux que d'autres. C'est le cas notamment de la Bretagne, l'Aquitaine, la région Midi-Pyrénées et en Rhône-Alpes. 

Publicité
A l'inverse, l'ascension sociale est plus difficile dans le Nord-Pas-de-Calais et le Poitou-Charentes. "Seulement un peu plus d'un quart des enfants d'ouvriers et d'employés y ont connu une ascension sociale dans les générations les plus récentes", précise Le Huffington Post.

A noter que l'augmentation de 850 000 étudiants en 1970 à 2,25 millions en 2006, n'a pas permis de gommer les disparités géographiques. 

En vidéo sur le même thème - Campus : Les jeunes diplômés doutent de leur ascension sociale 

mots-clés : Ascension, Régions, étude
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet