Le nouveau prix Nobel d’économie, Angus Deaton, avait co-écrit une étude en 2010 sur l’argent et le bonheur. Et son constat est intéressant.  

La remise du prix Nobel d’économie à Angus Deaton lundi a été l’occasion de redécouvrir quelques-unes de ses études, parmi lesquelles notamment des recherches sur l’argent et son impact sur le bonheur, datant de 2010.

Co-écrite avec le Nobel d’économie de 2002, Daniel Kahneman, l’étude montre tout simplement que l’argent fait le bonheur. Oui, mais jusqu’à une certaine somme seulement. Plus précisément jusqu’à 75 000 dollars annuels, soit environ 66 000 euros.

Une autre forme de satisfaction

"Peut-être que 75 000 dollars est un seuil au-delà duquel des hausses de revenus n'améliorent plus la capacité des individus à faire ce qui compte le plus pour leur bien-être émotionnel, comme de passer du temps avec ceux qui leur sont chers, éviter la douleur et la maladie, et profiter de leurs loisirs", estimaient les auteurs de l’étude.

Cela met ainsi en question deux formes de satisfaction, l’émotionnelle et l’estime de soi. Au-delà de cette somme, on parlera ainsi plus d’estime de soi que de satisfaction émotionnelle. "D'autres facteurs contribuent à la satisfaction émotionnelle, mais ils sont combinés avec le revenu. Divorcer est toujours douloureux, mais l'est beaucoup plus quand on a un faible revenu qu'avec un revenu élevé", précise francetvinfo.

Publicité
Pour en arriver à ces résultats, les deux économistes se sont appuyés sur un sondage réalisé en 2008-2009 par l’Institut américain Gallup-Healtways, pour lequel 450 000 américains avaient répondu.

En vidéo sur le même thème : Les premiers mots du Nobel d'économie, le Britannique Angus Deaton