Alors que ce mardi marque tristement les trente ans de la mort de Serge Gainsbourg, retour sur les six derniers mois de sa vie, éloigné des projecteurs.
Serge Gainsbourg : ses derniers mois loin de Paris et du showbiz

Le 2 mars 1991, Serge Gainsbourg disparaissait. Trente ans jour pour jour après sa mort, retour sur les six derniers mois de sa vie, loin de la frénésie parisienne. Après une existence bourrée d'excès, le chanteur avait en effet trouvé refuge à l'Espérance, l’hôtel-restaurant du chef étoilé, Marc Meneau, en plein cœur de la Bourgogne. De juillet 1990 à janvier 1991, l'interprète de La Javanaise occupait la chambre n° 30, située dans le pigeonnier du moulin, rapportent nos confrères de Paris Match. Il vivait dans un appartement privé de 85 mètres carrés qu'il avait décoré avec quelques bibelots et ses objets fétiches : deux toiles, l’ours en peluche de son enfance et un piano électrique.

En quelques mois, Serge Gainsbourg et Marc Meneau, décédé le 9 décembre 2020, avaient tissé une profonde amitié. "Il arrivait en fin de matinée, vers 11h30, et s'installait une demi-heure au bar. Il lisait son journal, buvait un café, un jus de fruits ou un verre de vin", racontait le chef triplement étoilé dans le numéro hors-série de Paris Match Gainsbourg, pile ou face. Chaque jour, il bordait la rivière du Val-Poirier. Il mettait son jean et ses Repetto "même avec 15 centimètres de neige", plaisantait le chef. Le soir, Serge Gainsbourg aimait pianoter quelques notes et parler aux clients. "On a vécu avec un Gainsbourg sans fard. Sans fard et sans alcool", se remémorait le chef quelques mois après la mort de l'artiste.

En janvier 1991,...

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >