New York, Paris, Londres, Rome…Les photos glaçantes des villes fantômes et des rues désertées face au coronavirus

Les jours passent et le nombre de cas liés au coronavirus ne fait qu’augmenter. La planète lutte contre ce mal invisible qui se propage. Alors que les hôpitaux se remplissent tristement, les rues, elles, se vident. Le monde se confine pour lutter contre la pandémie. « London calling » ce mardi 24 mars, Boris Johnson a, à son tour, demandé à la population de rester confinée chez elle, alors que l’on apprend que le prince Charles, 71 ans, a contracté le coronavirus. De la plus grosse capitale au plus petit village, ces lieux de vie commune ne sont plus que les ombres d’eux-mêmes. C’est une vision apocalyptique qui s’empare des centres névralgiques, où, jadis la vie grouillait. Et voilà que sont immortalisées des cartes postales sinistres où toute forme humaine a cessé vivre. Ces mégalopoles, si puissantes et si dynamiques, voient leur l’effervescence réduite à néant. Un spectacle désolant, mais vital et nécessaire. Les routes et les pavés sont désormais investis par les chars militaires ou la police. Au coin d’une rue flottent quelques rares silhouettes de citoyens aux visages cachés par des masques de protection et aux mains vêtues de gants.

Aucune forme de vie au milieu des buildings de New York où, les panneaux lumineux continuent de clignoter frénétiquement. A Rome, le Colisée est plus imposant que jamais, bercé par ce lourd silence qui plane depuis qu’il a été déserté par les hordes de touristes. A Venise, les...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !