Le soleil de l'été nous a aidés à faire le plein de ce nutriment essentiel à l'organisme… L'automne arrivé, comment éviter les carences ? Faut-il se supplémenter en vitamine D ? Mise au point.

Il n’y a qu’une seule vitamine D

FAUX Quand on parle de vitamine D, il s’agit en réalité d’un groupe de vitamines. Cette grande famille, qui répond au nom de calciférol, regroupe ainsi les vitamines D1, D2, D3, D4 et D5. Mais seules la D2 (ergocalciférol, produite par les végétaux) et la D3 (cholécalciférol, d’origine animale) sont vraiment bénéfiques à l’organisme. Ce sont elles qui nous sont prescrites en cas de supplémentation.

On la trouve facilement dans notre assiette

FAUX La vitamine D se concentre dans des aliments gras que l’on ne consomme pas chaque jour en grande quantité. Citons les poissons de type hareng fumé (22 µg/100 g), les sardines en boîte (12,5 µg/100 g), les cacahuètes (10,3 µg), la margarine (10 µg)… et l’huile de foie de morue, la meilleure source, avec un apport de 12,5 µg/cuillère à café ! Pour les adultes, la dose quotidienne recommandée est de 10 µg (soit 400 UI). On en est loin en France, où les apports moyens en vitamine D en provenance de l’alimentation sont estimés à 3,1 µg par jour chez l’adulte (étude Inca 3, Anses)…

...Lire la suite sur Femina.fr