Plus d'un an après la disparition de leur fille Innaya en Seine-et-Marne, des parents ont conduit mercredi la police jusqu'à un corps enterré dans la forêt. Des analyses vont être pratiquées pour déterminer s'il s'agit bien de la dépouille de leur enfant.

Ils leur ont indiqué où se trouvait le corps d'Innaya. Les parents de la petite fille disparue il y plus d'un an en Seine-et-Marne ont conduit mercredi les enquêteurs, accompagnés de deux juges d’instruction, jusqu’au lieu où serait enterré le cadavre de leur enfant. “Un sac, avec vraisemblablement le corps de cette fillette, a été déterré mercredi peu après 20H00, sans que l'on connaisse les circonstances exactes de ce décès", a précisé une source judiciaire. Les parents, en garde à vue depuis mardi, doivent être déférés au parquet de Melun ce jeudi. Âgés tous deux d’environ 25 ans, ils ont au total trois enfants.

A la suite d’un signalement de l’Education Nationale en décembre 2012 pour violences commises sur sur le grand frère, le parquet de Fontainebleau a ordonné un placement provisoire des enfants.”C’est à ce moment qu’on s’est rendu compte qu’il manquait une fillette”, a indiqué une source judiciaire.

La mère n’aurait rien dit de peur qu’on lui retire ses enfantsDéjà, “le 11 mai 2011”, le parquet de Melun avait décidé de confier les enfants “aux services du conseil général (aide sociale à l'enfance)”, a indiqué le président du conseil général de Seine-et-Marne, Vincent Elbé, dans un communiqué de presse. Jusqu’à ce que "le tribunal pour enfants de Melun décide en août 2011 de mettre fin au placement, (...) tout en ordonnant un accompagnement éducatif d'une durée de six mois”. Et d'ajouter : "A l'issue de cette période (...) le magistrat a décidé de mettre fin au suivi éducatif de cette famille le 19 août 2012".

Publicité
Concernnant les conditions de suivi de cette famille, Vincet Elbé a précisé qu’il avait “décidé de diligenter une enquête administrative”. La mère d’Innaya aurait par ailleurs confié ne pas avoir signalé la disparation de sa fille de peur qu’on lui retire ses enfants. Elle aurait avoué lors de son audition le décès accidentel de la petite fille, qui aurait fait une chute dans l’appartement alors qu’elle jouait. Une source judiciaire a, quant à elle, précisé qu' “une autopsie du corps devrait être pratiquée dans les jours à venir” pour déterminer les causes exactes du décès et l'identité de l'enfant.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité