Une grève massivement suivie par les professeurs a été organisée mardi à Paris contre la semaine de 4,5 jours annoncée pour la rentrée 2013. Le maire de la capitale, Bertrand Delanoë a indiqué qu'il ne lâcherait rien.

Une grève massivement suivie a eu lieu mardi à Paris pour s'opposer à la semaine de 4,5 jours annoncée dans l’enseignement primaire pour la rentrée 2013. Plus de 78% des enseignants ont fait grève selon le rectorat. Près de 3000 personnes ont participé à la manifestion selon le syndicat enseignant SNUipp-FSU Paris. La police a, quant à elle, dénombrée 2500 personnes. Plus de la moitié des écoles ont été fermées. Jérôme Lambert, du SNUipp-FSU Paris, a qualifié ce mouvement parisien d’ ”historique”.Bertrand Delanöe ne reculera pasLe maire de Paris, Bertrand Delanoë, a fait savoir qu’ils ne “reculerait pas “. A partir de septembre 2013, les 662 écoles parisiennes ouvriront leur portes une demi-journée de plus (le mercredi ou le samedi) pour accueillir les élèves. Elle auront jusqu’à 2014 pour mettre en place ce nouveau rythme, qui avait été supprimé par la droite. Bertrand Delanoë s’est tout de même dit “prêt à écouter tout le monde”. Il a prévenu : “je mettrai le paquet, y compris sur la plan financier”. Et alors que le Parti Communiste Français (PCF) invite le gouvernement à “ revoir sa copie”, la FCPE, première fédération des parents d’élèves, s’est dite favorable à la réforme. Plusieurs grévistes ont réclamé une nouvelle manifestation le 2 février. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité