Une semaine après le crash de l’A320 de Germanwings dans lequel 150 personnes ont péri, le pilote de l’avion est érigé en héros sur Internet et dans son pays.

C’est lui, Patrick Sondheimer qui, le premier, a compris ce qui se passait. Lui qui, après être sorti des toilettes a constaté que la porte du cockpit était verrouillée et a tenté de l’enfoncer. Une tentative que le pilote du vol 4U9525 de Germanwings savait sans doute vaine dès le début puisque la porte était blindée, mais qui ne l’a pas empêché de persévérer. Les enregistrements sonores contenus dans la boîte noire qui a été retrouvée parmi les débris montrent en effet qu’il a essayé de forcer la porte avec l’extincteur de l’appareil et la hache prévue en cas d’urgence. "Andreas, ouvre cette foutue porte !", a-t-il même hurlé au co-pilote enfermé dans le cockpit. Selon les premiers éléments de l’enquête portant sur ce drame, le jeune co-pilote, Andreas Lubitz aurait volontairement provoqué la collision entre l’avion et la montagne.

A lire aussi – Crash de l’A320 : le film des dernières minutes

Les sons enregistrés dans la cabine de pilotage prouvent qu’il était vivant – on entend sa respiration – et qu’il a non seulement ignoré les appels du pilote de l’autre côté de la porte mais aussi l’alarme lui indiquant que l’avion se rapprochait dangereusement du sol.

"Il mérite la médaille d’honneur"

A lire aussi – Crash de l’A320 : la lourde indemnisation des victimes

Et si l’attitude d’Andreas Lubitz est vivement critiquée par les internautes, celle de son collègue est en revanche vivement saluée. Sur les réseaux sociaux, Patrick Sondheimer est même qualifié de "héros", rapporte Le Figaro. "C'est le vrai héros de cette tragédie", a estimé l'un d'entre eux, tandis qu'un autre a écrit que "le vrai nom" dont on devrait se souvenir est celui du pilote. Mais de lui, et contrairement à son collègue le co-pilote, on sait finalement très peu de choses.

Publicité
Agé de 34 ans, marié et père de deux jeunes enfants, Patrick Sondheimer travaillait pour la Lufthansa depuis 2005 et avait récemment décidé de voler pour sa filiale low cost afin de faire moins de longs courriers et donc passer plus de temps avec sa famille, a rapporté sa grand-mère sur CNN. "Il mérite la médaille d’honneur", a-t-elle estimé au micro de la chaîne américaine.

 Vidéo sur le même thème : Andreas Lubitz aux commandes d'un planeur, dix ans plus tôt