Des proches de la mère de Maëlys, 9 ans, disparue depuis plus de trois semaines, ont lancé une cagnotte en ligne sur Leetchi. Comme l’explique Anne Larcher du CFPE- Enfant Disparus, les 50.000 euros vont aider la famille, mais seulement dans une certaine mesure.

La cagnotte Leetchi lancée par d’anciens camarades de promotion de la mère de Maëlys a permis de récolter plus 50.000 euros via plus de 2450 contributeurs assure LCI. Ce pot commun a été lancé par des anciens camarades de promo de la mère de la fillette de 9 ans, disparue en Isère le week-end du 26-27 août, alors qu’elle assistait à un mariage.

L’objectif de l’initiative : "Permettre aux parents de Maëlys de se consacrer entièrement à leur famille en ce moment, sans craindre la perte de revenus". Et effectivement, comme le confirme Anne Larcher, présidente du Centre Français de Protection de l’Enfance – Enfants Disparus, à Planet, cette cagnotte leur permettra par exemple de prendre un ou deux jours de congés en plus, sans avoir trop à y penser.

Si elle salue une initiative qui montre un "bel élan de solidarité" et une envie d’aider, elle rappelle que dans ce genre de cas, les parents ont surtout besoin "d’un soutien psychologique et amical".

Détecteurs privés, médiums et tous les autres

Les parents vont-ils pouvoir utiliser cette cagnotte pour faire avancer l’affaire ? Pas vraiment estime Anne Larcher, ils risquent surtout d’être sollicités de toutes parts par des gens qui vont leur promettre de retrouver leur fille en échange d'argent. "De l’argent ça peut être très utile dans le cas d’un enlèvement à l’étranger, quand il faut par exemple se rendre dans le pays en question, faire traduire des documents", détaille-t-elle.

En matière de détective privé, les parents peuvent choisir d’y faire appel mais pour Anne Larcher ce sont surtout les policiers et les gendarmes qui sont à même de résoudre l’affaire. "C’est eux qui ont tous les éléments de l’enquête et je ne crois pas qu’on ait déjà entendu parler d’une affaire semblable résolue par des détectives privées", ajoute-t-elle.

Publicité
La présidente du Centre Français de Protection de l’Enfance – Enfants Disparus ajoute qu’il faut avant tout entourer les parents pour leur permettre de reprendre une vie normale. "C'est terrible mais on aurait tendance à encourager les parents à plutôt reprendre, si tant est que c’est possible, une vie ‘normale’. Il faut rester vigilant face à l’isolement parce que ces situations peuvent durer et on ne peut pas être en dehors du temps ‘normal’ tout le temps", ajoute-t-elle.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité