Un collectif de passagers a porté plainte contre Air France et l’un de ses pilotes pour diffamation. Ce dernier avait ironisé sur le compte du roi Mohamed VI, dont l'avion avait retardé le décollage du vol Paris-Casablanca.

On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui. C’est ce qu'a appris à ses dépends un pilote de la compagnie Air France, qui vient d'être assigné, avec son employeur, devant le tribunal des référés de Bobigny pour diffamation. L'instance judiciaire aura à trancher rien de moins qu'un crime de lèse-majesté envers le roi du Maroc, Mohamed VI.

Le 5 décembre dernier, le vol entre Paris et Casablanca avait du être retardé d'une bonne vingtaine de minutes suite à l'atterrissage de l'avion royal. La tour de contrôle avait formellement proscrit tout décollage avant que Mohamed VI et son escorte n'aient gagné les salons d'honneur de l'aéroport, rapporte le site d’information bladi.net. Le pilote de l’appareil détaille alors la situation à ses passagers avant de décocher avec humour que s'ils souhaitent se faire rembourser, il leur faudra adresser leur doléance au siège de la royauté, à Rabat.

Publicité
Mais la blague ne passe pas pour un certain nombre de passagers, qui vont se réunir au sein du "collectif du vol AF 2497". Néocolonialisme, paternalisme, racisme ? Pour cette association de passagers en colère, les faits sont graves. Dans une lettre où ils dénoncent cette atteinte à la dignité nationale, ils rappellent : "le Maroc n'est plus sous protectorat Français et n'est pas non plus une colonie française ni encore une république bananière". Saisissant l'occasion au vol, le PDG de la compagnie aérienne a adressé une lettre d'excuse à chaque passager, et rappelé à l'ordre le plaisantin. Pas de quoi calmer l'ire des offensés, qui demandent aujourd'hui réparation devant la justice. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité