Taxe d’habitation, impôt sur la fortune immobilière (IFI), flat taxe… Si vous ne faites pas partie des ménages qui profiteront des mesures fiscales prévues en 2018 par le gouvernement, il ne vous reste plus que deux mois pour activer certains mécanismes afin de réduire votre facture. Tour d’horizon des différentes actions à effectuer. 

Demandez une dispense d’acompte fiscal jusqu’à fin novembre

Un changement peut en emmener un autre. Voté à l’Assemblée nationale, le prélèvement forfaitaire unique (PFU) entrera en vigueur dès le 1er janvier 2018. Dans la continuité de cette évolution, le gouvernement a également choisi de diminuer le niveau de taxation de l’acompte fiscal qui concerne les dividendes et les intérêts. Prélevé à la source, cet acompte ponctionnait jusqu’à présent 21 % du montant des dividendes versés ainsi que 24 % des intérêts des obligations et livrets d’épargne fiscalisés. A partir du 1er janvier, il sera certes augmenté de la CSG mais ne ponctionnera plus que 30 % des dividendes ET des intérêts versés.

Publicité
Pour continuer à en être dispensé (tout du moins provisoirement), il est possible d’adresser une demande à votre établissement financier avant le 30 novembre de chaque année. Pour être exempté de l’acompte sur les intérêts de placements l’année prochaine sur votre revenu fiscal de référence (RFR), vos revenus annuels doivent être inférieurs à 25 000 euros si vous vivez seul, inférieurs à 50 000 euros si vous êtes en couple. Pour éviter l’acompte sur les dividendes, votre RFR ne devra pas dépasser 50 000 euros si vous résidez seul et 75 000 euros si vous êtes en couple.
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité