Huitres, truffes, homards, jambons grande tradition... Les fêtes de fin d'année approchent et vous avez déjà une idée bien précise de ce que vous envisagez de servir à vos convives ? Prudence dans votre sélection car les arnaques sur les étiquettes sont légion. 

Menu de fêtes ! L'association Foodwatch vient de publier un catalogue dans lequel elle référence les nombreuses arnaques qui apparaissent chaque année sur les étiquettes des produits consommés durant le réveillon. Et 2017 ne fait pas exception à la règle. Cette année, il se pourrait que vous serviez du homard sans homard, du jambon haut de gamme parsemé de nitrite de sodium et de nitrate de potassium... Vous pourriez même verser quelques gouttes d'huile de truffe... sans truffe !

Un menu qui relève davantage du cauchemar que du rêve. C'est pourtant bien ce que dénonce l'ONG Foodwatch dans son dernier rapport. C'est d'ailleurs ce que l'association qualifie : d'arnaque à l'étiquette.

De fait, depuis 2012, cette ONG s'attache à protéger les consommateurs. Pour y parvenir, elle n'a pas hésité à combiner, une fois n'est pas coutume, les plus belles pépites en la matière.

Gare à la provenance

Résultat : au menu de votre réveillon si vous ne prêtez pas assez attention aux étiquettes, des produits (raffinés ?) à la provenance plus que douteuse. C'est le cas de certaines coquilles Saint-Jacques préparées à la Bretonne. En réalité, ces dernières se révèlent tout sauf Bretonnes ! Selon le lot sur lequel vous tombez, les demoiselles peuvent aussi bien provenir de Russie que d'Amérique du Sud. Question fraicheur, on repassera.

Du vin français... d'Espagne

Autre surprise, votre succulent vin 100 % français répondant au nom de Cabernet Sauvignon cuvée 2013 peut, une fois l'étiquette retournée, parfaitement provenir... d'Espagne, tel que le révèle Capital. Des tromperies d'ordre géographique qui se multiplient en période de fête. D'où l'intérêt, rappelle l'association, de rester particulièrement vigilant.

Publicité
Quant on sait que le budget moyen par personne pour un repas festif en France avoisine les 130 euros, mieux vaut y regarder à deux fois avant de choisir son homard ou sa poularde. Le bio, le chic et les labels n'étant aucunement épargnés par cette arnaque. Prudence.

En vidéo - Tomate cœur de bœuf, méfiez-vous des imitations

mots-clés : Consommation

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet