Un pays tout neuf, dont la capitale est l'une des rares villes médiévales bien conservées, une nature riche et ouverte, un artisanat vivant, des centaines d'îles à découvrir et des habitants prêts à vous y aider... Avec les spas les moins chers d'Europe. C'est ça l'Estonie. Dépêchez-vous d'y aller !
Jours tranquilles en Estonie

Jours tranquilles en Estonie

L'une des premières raisons d'aller en Estonie est la façon dont ce pays s'est transformé en quinze ans. Presque plus rien, à première vue, ne laisse supposer qu'il n'est sorti du joug communiste qu'en 1991. Mais, en observant plus en détail, on voit les blocs d'appartements construits par les Russes pour les colons envoyés "russifier" le pays. Ce qui rend la sérénité des Estoniens et leur réussite à transformer leur pays, sans le trahir, encore plus admirable et sympathique.

Tallinn, la capitale, est l'un des attraits majeurs du pays. Toits pointus, remparts, tourelles, rues sinueuses aux pavés de granit rouge, dominés par l'immense beffroi de l'hôtel de ville et surveillés par la forteresse de Tompea, donnent à la ville son identité médiévale.

Bien que touristique, on y trouve néanmoins des endroits de qualité. La première bonne surprise est la présence d'un artisanat vivant et raffiné. Chaussons et chapeaux de feutre, objets odorants de bois de genévrier, chapeaux fous et tricots sages... des artisans haut de gamme se sont regroupés dans Katarina Gild, un passage de la vieille ville qui donne rue Vene.

Saaremaa, île mystérieuse

La plus grande des îles estoniennes est très plate et peu développée. A part quelques grands hôtels avec de beaux spas, près de Kurosaare, la nature est reine. La petite ville, avec ses petites maisons basses, est touchante, blottie derrière son château-fort du XIIIe siècle. Ceux qui savent peuvent y repérer, en dehors de la visite guidée, des traces de balles allemandes qui racontent une partie des épreuves du peuple estonien.

Il y a quatre mille ans, un énorme météore est tombé sur l'île de Saaremaa, comme une sorte de coucher de soleil terrible et violent. Dix mille tonnes à 20 km/seconde, le choc fut si fort que l'île entière en sentit l'onde de choc, matérialisée par des rides encore visibles. Un cratère s'ouvrit, de 110 mètres de diamètre, profond de plus de vingt mètres, formant le lac Kaali. Tout rond, le lac semble un œil ouvert surveillant le ciel.

Mystères des îles estoniennes

Curieusement, de nombreuses légendes ont des épisodes semblables. On pense à Phaéton, le fils du Soleil qui, incapable de conduire le char de son père, tombe foudroyé par Zeus en laissant une longue traînée de flammes.

Un endroit étrange et très beau de l'île est l'église de Karja, au Nord. Ici, le mystère est encore plus lourd. D'étranges dessins et inscriptions ornent la voûte gothique, au-dessus de l'autel. Souvenirs du diable et des temps archaïques du mythe.

Abruka, l'île des libellules

L'île, un désert de forêt légère et de champs plus ou moins en friche, est un paradis de fleurs sauvages et d'oiseaux. Pas plus d'une trentaine d'habitants et très peu de maisons. A pied ou à vélo, si on les a apportés sur le bateau, on part vers le bout de l'île sur un chemin bien tracé à travers la forêt.

Dans le sous-bois illuminé par des rais de soleil et sur les touffes d'herbes au milieu de la route, on aperçoit des dizaines de libellules scintillantes butinant d'une fleur à l'autre. Et on entend chanter, dans le silence, des dizaines d'oiseaux.

C'est près de la côte que le paysage se fait le plus enchanteur. Des buissons de rosiers parfumés surgissent entre les pierres et des touffes colorées illuminent la campagne.

Des soldes de 30 % sur tout notre site pour l’achat de 2 articles ! Ne ratez pas l’occasion !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.