Pour repérer plus facilement des profils radicalisés, les autorités américaines demandent désormais aux voyageurs de renseigner leurs comptes créés sur les réseaux sociaux. Explications.  
©Getty Images

L’admission sur le territoire américain encore un peu plus compliquée ? Oui, à en croire une information du site américain Politico, qui révèle que les autorités demandent désormais aux touristes d’indiquer leurs comptes créés sur les réseaux sociaux pour obtenir une autorisation de voyage aux Etats-Unis.

Près d'une quarantaine de pays, dont fait partie la France, sont concernés par cette mesure. Il s’agit pour être plus précis des Etats bénéficiant actuellement du programme d’exemption de visa pour un voyage de moins de 90 jours. Les voyageurs doivent alors passer par le système électronique ESTA.

Une atteinte à la vie privée

Cette plateforme d’autorisation de voyage aux Etats-Unis demande ainsi depuis le 20 décembre de fournir ses identifiants pour au moins 13 réseaux sociaux, parmi lesquels Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat ou encore Linkedin.

Des informations supplémentaires aux données classiques fournies par les touristes qui doivent permettre aux autorités de repérer les profils les plus radicalisés, et ainsi éviter tout risque d’attaque terroriste, en refoulant ceux qui pourraient poser problème avant même leur entrée sur le territoire américain.

Face à une telle mesure, des voix se sont évidemment élevées, à l’instar de l'Internet Association, qui a dénoncé une atteinte à la liberté d’expression et au respect de la vie privée. Pour éviter que la polémique n’enfle davantage, le gouvernement américain a de son côté assuré que les voyageurs qui ne rempliront pas ces données ne se verront pas forcément être empêchés d’entrer aux Etats-Unis. Rassurant ? 

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.