8 vues

Lassés d'être contraints de rester cloîtrés dès la nuit tombée, les "Caraqueños" commencent à défier l'insécurité galopante de la capitale vénézuélienne en se réappropriant l'espace public lors de réunions sportives nocturnes.

Publicité

Contenus sponsorisés