78 vues

La force de frappe du Fonds de soutien aux pays en difficulté de la zone euro (FESF) n'atteindra "probablement pas" le montant de 1.000 milliards d'euros qui avait été initialement prévu, en raison de la dégradation de la situation sur les marchés, a reconnu mardi soir Jean-Claude Juncker.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés