0 vues

Damas a dit accepter le de sortie de crise de l'émissaire international Kofi Annan, qui a reçu mardi l'appui de Pékin après celui de Moscou, deux alliés de poids de la Syrie, où de violents faisaient rage entre soldats du régime et déserteurs passés à l'opposition.

Publicité

Contenus sponsorisés