173 vues

A un mois du premier tour de la présidentielle du 26 février, la tension monte au Sénégal où le Conseil constitutionnel doit dire vendredi si la candidature contestée du chef de l'Etat sortant Abdoulaye Wade fait partie de celles retenues, au risque de provoquer des réactions violentes.

Publicité
Contenus sponsorisés