Vidéo associée: 

Publié le 29/01/2018

Nos futurs partenaires de travail seront-ils des robots ?

Corps: 

Le projet Andy développe des modèles de comportements pour qu'ils soient adaptés sur des robots humanoid. Objectif : faire d'eux nos partenaires de travail. Ils pourront être utiles dans le domaine du service à la personne, de la santé et même de l'industrie. Les robots du futur intéragiront de plus en plus avec nous dans notre vie quotidienne. Pour que cette collaboration soit efficace, les chercheurs de l'Intitut Italien des Technologies de Gênes, développent du matériel et des logiciels pour permettre aux robots évaluer les actions des hommes, d'être stable et d'avoir de l'équilibre. 'Le robot a plusieurs capteurs pour comprendre comment l'homme bouge. Le robot détecte la présence de l'homme, en premier, par la vue. Ensuite, il peut entrer en contact avec l'homme grâce à sa peau. Pour que le robot perçoive les efforts de l'être humain, ce dernier doit être équipé de capteurs', explique Daniele Pucci, responsable de la recherche pour le Andy Project. Les capteurs sont intégrés à une combinaison hi-tech. Ils peuvent détecter les mouvements humains et partager l'information avec le robot en une fraction de seconde. Le robot agira presque en temps réel. 'Un algorithme calcule l'intesité de l'effort, ce que l'on appelle la dynamique de l'humain, et cette information est transmise au robot. Dans un avenir plus ou moins proche, on imagine que le robot sera même capable d'anticiper nos mouvements et pourra donc nous aider à les réaliser', espère Claudia Latella, doctorante à l'Institut Italien des Technologies à Gênes. IIT</a> researcher Claudia Latella is preparing the robotics demo for the crew of <a href="https://twitter.com/euronews?ref_src=twsrc%5Etfw">euronews. #futuris #robot euronewsknwldge</a> <a href="https://t.co/87XPeGzDRp">pic.twitter.com/87XPeGzDRp</a></p>&mdash; stroclaudio (@RosmiNow) 8 janvier 2018 Ce robot sera utile dans une large gamme d'activitiés : l'industrie, la santé ou encore l'aide à domicile. Sa taille et son ergonomie seront bien sûr adaptées à ses fonctions. 'La vision que l'on a de l'application finale de ce type de robot est celle d'assistant personnel, qui peut se décliner en plusieurs versions, du robot pour la rééducation à celui d'assistant domestique. Les technologies que nous avons développées pour ce type de robot peuvent aussi être utilisées dans le domaine de l'industrie', explique Giorgio Metta, vice-directeur scientifique à l'ITT de Gênes. On développe la capacité du robot à enregistrer de nouvelles informations comme par exemple reconnaître un nouvel object grâce à la commande vocale sans l'intervention d'un technicien. 'Comme je peux parler au robot, je peux lui dire par exmple : regarde, ceci est un smartphone et ensuite n'importe quel utilisateur peut ajouter des choses que le robot doit connaître. Le robot peut créer une image et construire lui-même une nouvelle catégorie, celle du smartphone', ajoute Giorgio Metta. Les chercheurs de ce projet européen développent aussi les expressions du visage du robot. L'objectif est de lui donner plus d'empathie pour communiquer avec ceux auprès de qui il agira : travailleurs, personnes âgées, patients... 'Nous devons intégrer les capacités cognitives du robot, le fait qu'il sente la présence de l'être humain, le fait qu'il puisse marcher, collaborer et intéragir avec des êtres humains. Nous pensons y parvenir dans les 10/15 ans à venir', explique Daniele Pucci. Selon les chercheurs, la collaboration entre le robot et l'homme, restera toutefois basique car les robots ne pourront pas complètement remplacer les hommes dans le cadre du travail.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet