Le lanceur européen Ariane 5 a placé sur orbite quatre nouveaux satellites du système de navigation Galileo.

Ariane 5 a décollé mardi soir du Centre spatial de Kourou en Guyane et la mission a duré près de quatre heures.

Galileo a pour ambition de rivaliser avec le russe Glonass, le chinois Beidou et surtout l'américain GPS.

Le système de positionnement par satellite représente pour l'Union européenne à la fois un enjeux économique et mais surtout militaire en permettant d'assurer l'indépendance des forces armées vis-à-vis du système américain.

22 satellites sont désormais en orbite, et il sont placés à une altitude moyenne d'un peu plus de 23 000 kilomètres au-dessus de la terre.

Le service gratuit de Galileo offre à son utilisateur une précision de 4 mètres sur un plan horizontal et huit mètres en altitude.

A terme, la constellation Galileo sera constituée de trente satellites dont six de secours.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés