Les scientifiques britanniques sont désormais autorisés à manipuler les embryons humains. Ces derniers avaient demandé cette autorisation pour étudier les gènes en cause dans le développement des cellules du placenta, notamment dans les cas de fausses-couches.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés