41 vues

Le ministre du Travail Michel Sapin a jugé jeudi que "ça se passait mieux" chez Renault que chez PSA, car si les deux constructeurs prévoient des milliers de suppressions de postes, chez Renault, dont l'Etat est actionnaire, "on n'annonce pas de licenciement" et on a "pris les devants".

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.