49 vues

"J'étais presque à la mort. Je venais de perdre mon enfant mort-né, mon mari m'avait répudiée", raconte la Nigérienne Hadiza Zakaria, 48 ans, victime d'une fistule obstétricale qui a bouleversé son existence il y a une quinzaine d'années.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés