36 vues

Depuis que Rokhsar Azami sillonne les rues de Kaboul au volant de sa Toyota, elle a affronté au mieux la condescendance, au pire la folie de ses compatriotes masculins, prêts à l'emboutir rien que pour avoir l'occasion de l'aborder.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés