16 vues

La France, qui a désormais comme priorité en Syrie la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique, n'a pas exclu vendredi d'y associer les forces du régime syrien, tout en précisant qu'une telle coopération ne pouvait s'inscrire que dans le cadre d'une transition politique.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés