4 vues

Les avocats de Nicolas Bonnemaison, contre lequel cinq ans de prison avec sursis ont été requis pour l'"empoisonnement" de sept patients incurables, ont appelé vendredi la cour d'assises du Maine-et-Loire au "courage", en acquittant l'ex-urgentiste une seconde fois.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés