Nicolas Hulot a reconnu mardi qu'il serait difficile d'abaisser la part du nucléaire à 50% en 2025. Un aveu qui lui a valu d'être la cible de nombreuses critiques auxquelles il a répondu.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés