La vérité finit toujours par éclater, même dans le monde très fermé de l'équipe de France. À quelques jours du début du Mondial en Russie, l'ancien sélectionneur des Bleus, Raymond Domenech, s'est confié à Canal +, dimanche 3 mai au soir, sur l'échange houleux qu'il aurait eu avec Nicolas Anelka à la Coupe du Monde en Afrique du Sud, à l'été 2010. "Va te faire enculer, sale fils de pute !", c'est ce qu'aurait lancé l'ancien l'attaquant à son sélectionneur de l'époque, avait alors rapporté le journal L'Equipe, avant l'exclusion de Nicolas Anelka du groupe tricolore et la célèbre grève de Knysna. "Dans un vestiaire, on a des explications. Mais il n'a pas dit ce qui a été écrit dans les journaux, c'est une certitude", a expliqué Raymond Domenech, rapportant également un échange vif, entre lui et son joueur, mais pas les insultes relayées à l'époque par le quotidien français. "Le truc qui m'avait vexé, c'est qu'il m'a tutoyé. Pour moi, c'est tout d'un coup un manque de respect de la fonction. Je suis sélectionneur, il est joueur. Quelqu'un qui m'a toujours vouvoyé me tutoie devant les copains. Il a cassé le rapport qu'il y avait. C'était fini, il n'y avait pas de débat", a également expliqué Raymond Domenech, huit ans après l'un des épisodes les plus catastrophiques du football français.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés