L'équipe de France pourrait disputer sa dernière rencontre de la Coupe Davis dans la version traditionnelle que nous connaissons depuis 118 ans. La France joue à Lille du 14 au 16 septembre en demi-finale contre l'Espagne. Yannick Noah revient sur la nouvelle formule de la Coupe Davis, et n'est pas ravi. "La grande majorité du tennis français, du public français, et des joueurs français soutenait l'épreuve telle qu'elle est aujourd'hui", a-t-il rappelé à Europe 1. "Tous les joueurs se sont exprimés depuis six mois, je pense sans exception, poursuit Yannick Noah. Dans ce débat, on a parlé de tout sauf de tennis, il était uniquement question d'argent. Il n'y avait pas d'écoute en face" a-t-il déclaré en conférence de presse. Il n'est pas le seul à être en colère contre cette réforme. Le numéro 1 tricolore Lucas Pouille a lui annoncé qu'il ne jouerait plus dans cette compétition à partir de la saison prochaine si la réforme venait à passer. " C'est une peine de mort pour la Coupe Davis. Quand vous ne jouez pas à la maison, ou dans le pays adverse, ce n'est plus la même compétition. Tous ceux qui ont vécu un match de Coupe Davis savent que c'est différent. Je pense que c'est une très mauvaise idée ", a-t-il déclaré au journal le Monde. En effet, au lieu de conserver les rencontres délocalisées chez l'une des deux équipes, la Fédération internationale de Tennis propose une épreuve d'une semaine mettant en compétition les dix-huit nations dans un même lieu chaque mois de novembre. Une réforme qui vise à faire revenir les joueurs. Beaucoup d'entre eux boudent la Coupe Davis en raison de calendriers chargés.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés