C'est bientôt en prison qu'Henri Dès devrait aller rendre visite à son fils. C'est le jour de son anniversaire, ce lundi 27 août que son garçon Pierrick Destraz a reçu non pas une carte pour fêter l'événement, mais une lettre recommandée lui annonçant sa condamnation pour avoir bloqué la circulation lors d'une manifestation, rapporte Voici. Les faits remontent à mai dernier. Le militant anti-spéciste avait diffusé des cris d'animaux égorgés et projeté des images sur les murs, en plus d'empêcher les voitures de passer, afin de dénoncer la création d'un abattoir à Aubonne, en Suisse. Une opération pour laquelle il est condamné à 40 jours de prison avec sursis pendant deux ans et à une amende, convertibles en huit jours de prison que le fils d'Henri Dès devrait bien effectuer. "Il va de soi que je ne donnerai pas un rond à l'administration. Je ferai donc ces huit jours de prison et j'assume totalement mon geste, tout comme la sanction", annonce Pierrick Destraz sur compte Facebook. "Quarante jours de prison avec sursis pendant deux ans, c'est fort de café pour s'être assis par terre pendant une heure, non ?", s'agace dans une interview accordée au quotidien suisse 24 Heures celui qui continue à manifester pour ses idées. Une épreuve dans laquelle il peut compter sur le soutien de son père. Déjà en 2014, Henri Dès avait expliqué à France Dimanche que "s'il se retrouvait derrière les barreaux, il irait soutenir son fils en prison".

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés