Son dernier single s'appelle "C'est l'amour qui rend heureux", et pourtant s'il chante le bonheur et la joie de vivre, c'est surtout la dépression qu'a vécue Dany Brillant ces dernières années. "J'avais perdu l'inspiration. En 2013, je me suis dit : "C'est fini, la source est tarie." Et puis il y a eu les attentats de "Charlie Hebdo", de l'Hyper Cacher et du Bataclan...", raconte le chanteur dans une interview accordée à Paris Match. Des attaques qui vont réveiller des souvenirs terribles enfouis depuis des années. "J'ai eu l'impression de revivre ce que j'avais vécu enfant, à Tunis. Nous sommes arrivés en France en juin 1967 à la suite de la guerre des Six Jours. Il y avait eu en Tunisie des représailles contre les Juifs, ma famille en a été victime. La synagogue où mon oncle était chantre a été brûlée, ma tante violentée, le commerce de mon père saccagé", se souvient dans Paris Match Dany Brillant, qui explique qu'après les attentats de 2015, son mal-être n'a fait qu'empirer. Pour sortir de cette dépression profonde, Dany Brillant va d'abord faire le tri dans son entourage et prendre la décision radicale de s'isoler de sa femme et ses enfants. Il se retrouve seul dans une maison à Ramatuelle à méditer et se promener. Peu à peu, il retrouvera sa famille et le plaisir de chanter.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés