76 vues

Le groupe islamiste nigérian Boko Haram dispose de soutiens et de sympathisants au sein de tout l'appareil d'Etat, a accusé dimanche le président Goodluck Jonathan, pour qui les violences anti-chrétiennes actuelles sont "pires" que la guerre civile des années 60.

Publicité

Contenus sponsorisés