2 vues

Les Bourses mondiales, gagnées par la panique après la dégradation de la note de crédit des Etats-Unis, ont dévissé lundi en dépit de la mobilisation générale des dirigeants politiques, Barack Obama en tête, et des banquiers centraux de la planète pour éteindre l'incendie.

Publicité

Contenus sponsorisés