11 vues

Ce n'est pas un sommet de la dernière chance comme les autres. Pour la première fois, sous la pression de l'Allemagne, ce sommet s'attaque aux fondements mêmes de la construction économique européenne et à ses faiblesses. Mais l'Allemagne parle long terme, alors que l'Espagne, l'Italie et la France parlent court terme. Et il va falloir concilier les deux objectifs de temps.

Publicité

Contenus sponsorisés