8 vues

L'onde de choc provoquée en Corse par l'assassinat de l'avocat Antoine Sollacaro à Ajaccio jette une lumière crue sur l'impunité dont jouissent, dans une île qualifiée de première zone criminogène d'Europe, des tueurs toujours plus audacieux face à un dispositif sécuritaire inefficace.

Publicité

Contenus sponsorisés