56 vues

Décidément, la Grèce n'aime pas quand on ne parle plus d'elle sur les marchés. Elle s'est rappelée à notre souvenir hier, provoquant une belle panique, en agitant la menace d'une faillite si les détenteurs d'emprunts Grecs n'acceptaient pas le deal d'échange qui leur était proposé. Tout cela a provoqué une belle panique sur les indices boursiers.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés