6 vues

La nuit tombe sur le Tigre. "C'est beau Bagdad, la nuit", souffle Dhia al-Din al-Maliki, un client du bar de l'hôtel Palestine. Inexistante il y a encore quatre ans, à l'époque du conflit religieux, la vie nocturne reprend doucement ses droits dans la capitale irakienne.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés