0 vues

Pour les jeunes Irakiens le football peut être un jeu à risque. Oum Ibrahim, une femme de 40 ans, va régulièrement au stade de Shoula, dans le nord de Bagdad, mais c'est pour se recueillir devant une stèle à la mémoire de son fils.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.