Lors d'auditions devant les deux chambres du Congrès américain, mercredi, les dirigeants de Facebook et Twitter ont défendu leurs initiatives pour limiter les risques d'ingérences électorales. Nombre d'élus leur reprochent leur inefficacité.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés